Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > L’éclat > "la maman et la putain" à la Villa Arson

L’éclat

"la maman et la putain" à la Villa Arson

Publié le vendredi 19 novembre 2010

Dans le cadre de ses cartes blanches aux artistes, enseignants de l’Ecole nationale supérieure d’art de la Villa Arson, L’ECLAT collabore avec Patrice Blouin, Arnaud Labelle-Rojoux et Joseph Mouton pour leur Atelier de Recherche et de Création (ARC) intitulé LittOral. Choisissant d’explorer les relations contemporaines entre l’écrit et l’oral de manière interdisciplinaire, l’ARC LittOral animera la projection.





Ce film-marathon se concentre sur la vie de trois parisiens d’une vingtaine d’années, qui vivent un ménage à trois peu conventionnel : Alexandre (Jean-Pierre Léaud) est un dandy narcissique pauvre et oisif, qui consacre son temps au bavardage, avec ses amis, ses connaissances, ses maîtresses et ses ex-maîtresses. Il vit avec sa petite amie, Marie (Bernadette Lafont), mais rencontre à la terrasse du café des Deux Magots une jeune infirmière polonaise, Veronika (Françoise Lebrun), après une tentative infructueuse de réconciliation avec son ancienne petite amie Gilberte. Ainsi commence une aventure décousue avec Veronika qui est la trame principale du film. 

Le jeu des acteurs, qui semble au départ un peu faux - ils récitent un texte théâtral, très écrit, très éloigné du langage parlé - aboutit pour finir à des scènes très intenses, comme le long monologue de Veronika à la fin du film, ou, un peu plus tôt, le récit de sa rupture avec Gilberte par Alexandre.

Dernier film emblématique de la Nouvelle Vague, La Maman et la Putain étonne par sa thématique décalée. À sa sortie, le film créera un scandale important pour différentes raisons. Son titre, pour commencer, et ses différentes affiches qui évoquent l’amour à trois ; sa thématique jugée réactionnaire par la génération soixante-huitarde : des emblèmes de la gauche sont moqués - Sartre est traité d’alcoolique, Duclos de rat - et le mot d’ordre « jouissez ! » est retourné contre lui-même ; sa trivialité, enfin, dans certains dialogues et dans certaines scènes.

La maman et la putain (1973, 3h35, film 35mm)
avec Jean-Pierre Léaud, Bernadette Lafont et Françoise Lebrun
Mercredi 24 Novembre 2010 à 18h 
Grand Amphi de la Villa ARSON - Nice
entrée libre - Adhésion à L’ECLAT 5€