Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > Vendredi 23 SEPTEMBRE 2011 - DEEP END

Cinéma Sans Frontières

Vendredi 23 SEPTEMBRE 2011 - DEEP END

Publié le lundi 19 septembre 2011

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Film de Jerzy Skolimowski

GB - 1970 - 1h30- vostf

Mike vient de sortir du collège et trouve un emploi dans un établissement de bains londonien. Susan, son homologue féminin, arrondit ses fins de mois en proposant ses charmes à la clientèle masculine. Amoureux jaloux de la jeune femme, Mike devient encombrant.

Jerzy Skolimowski nous raconte la genèse de Deep End : "Nous étions en 1969. Je venais de terminer, à Rome, le tournage de mon plus mauvais film : Les Aventures du brigadier Gérard. La postproduction de ce film avait lieu à Londres. Je louais un appartement à Kensington, au 73 Cornwall Garden. Au bout de quelques semaines passées à Londres, j’ai commencé à envisager Deep End. On m’a raconté une histoire vraie à propos de quelqu’un qui avait perdu un diamant dans la neige et qui avait dû faire fondre la neige pour le récupérer. Ce petit épisode possédait un certain potentiel. En quelques jours, j’avais écrit une dizaine de pages de notes, tout en polonais. À l’époque, je ne parlais pratiquement pas anglais, mais je suivais des cours auprès d’une jeune Polonaise installée à Londres et qui m’apprenait les bases de la langue. Elle m’a aidé à traduire mes notes et à les mettre en forme comme un scénario. Avec ces quelques pages, je suis allé voir un producteur américain relativement connu, Judd Bernard, qui avait fait de très bons films et vivait à Londres. Judd Bernard a lu le scénario devant moi et l’a trouvé très bon."

Deep End s’est tourné sans répétitions préalables, comme nous l’explique le réalisateur : "Nous n’avons pas du tout eu le temps de répéter. Il a fallu sauter dans l’avion tous ensemble et nous sommes arrivés à Munich à la veille du tournage. Impossible de tester l’alchimie entre les deux acteurs : s’ils fonctionnent si bien ensemble, c’est uniquement par chance ! Ils ne se connaissaient pas, ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, mais ils étaient très intelligents et se sentaient parfaitement à l’aise dans leurs rôles."

A cause du manque de répétitions, les dialogues du film sont largement improvisés. "Lors du tournage, Diana Dors a improvisé le tiers, voire la moitié, de ses répliques. Et avec quel talent ! Grâce à son sens de l’humour et à sa générosité, elle s’est laissée diriger dans un registre que beaucoup d’actrices refuseraient, un registre presque grotesque. Ce sont ces improvisations, associées au fait qu’il n’y avait ni répétitions ni scénario fini, qui ont permis à Deep End de paraître si vivant. Cela a déterminé la forme même du film. Je jetais mes idées devant la caméra, j’accueillais les propositions et les solutions alternatives avec bienveillance. C’est à cause de ces choix instinctifs que le film paraît très leste, très libre. Il ne possède pas de lourdeur", confie Jerzy Skolimowski.

Bien que Deep End se déroule entièrement en Angleterre, le film a largement été tourné à Munich.Pour des raisons évidentes, l’équipe du film a quand même dû s’envoler pour Londres durant quelques jours, comme l’explique Jerzy Skolimowski : "Il était important de filmer la façade extérieure des bains publics anglais, car l’architecture des bâtiments en Allemagne ne correspondait pas. Les seuls intérieurs que nous avons filmés dans les bains de Londres sont les scènes autour de la piscine.Nous avons aussi tourné, à Soho, toute la séquence qui a lieu dans la rue avec la devanture peinte en jaune. La scène du métro a dû également être tournée à Londres, pour des raisons évidentes. On voit dans cette scène l’obsession grandissante de Mike et le fait qu’il perd les pédales. Son comportement déraille, il nage en plein fantasme. En tournant cette scène, on ne savait pas jusqu’où ça irait !"

Jerzy Skolimowski n’a pas hésité une seule seconde lorsqu’il a eu l’opportunité de travailler avec Cat Stevens et Can. Le réalisateur raconte comment s’est déroulée leur collaboration : "J’ai rencontré Cat Stevens plusieurs fois à Londres et nous avons parlé du film. Il a composé la chanson-titre exprès pour Deep End. Je lui ai soumis l’idée des paroles "But I might die tonight" ("Je pourrais mourir ce soir"), et il les a brillamment intégrées ! C’est également lui qui a composé les petits intermèdes instrumentaux, ces morceaux presque accidentels. J’étais présent pendant l’enregistrement. Quant à Can, toute la séquence de Soho correspond à une longue piste de leur musique. Je crois qu’ils m’ont présenté plusieurs démos, peut-être seulement des ébauches, et j’ai choisi ce morceau-là, Mother Sky, en leur demandant explicitement de rallonger la piste afin qu’elle dure pendant toute la séquence."

En 2010, Jerzy Skolimowski s’est prononcé sur l’intemporalité du film : "En revoyant Deep End après tant d’années, je suis surpris par sa fraîcheur. Le film ne vieillit pas. Avant tout, nous avons bénéficié de beaucoup de chance, d’une bonne alchimie et d’un enthousiasme général. On était persuadés de construire quelque chose de particulier, de spécial. Je crois que je peux être très fier de ce film."

Jerzy Skolimowski explique les raisons qui l’ont poussé à choisir Diana Dors, considérée comme la Marilyn Monroe anglaise, pour le rôle de la cliente : "Je dois avouer que sa participation est entièrement de mon fait. Jeune homme, je l’avais beaucoup admirée dans ses films des années 50. C’était littéralement une bombe sexuelle ! Elle était si belle, si sexy, si attirante, qu’elle m’avait laissé une sacrée impression."

Comme son compatriote Roman Polanski, Jerzy Skolimowski n’a jamais vraiment habité en Pologne. A cause de la seconde guerre mondiale puis de la guerre froide, il a passé une grande partie de son existence exilé en Europe de l’ouest et en particulier en Allemagne de l’Ouest et en Angleterre.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Philippe SERVE.

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h 30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents, chômeurs).

Adhésion : 20 € - 15 € pour les étudiants. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@free.fr
Contact téléphonique CSF : 04 93 52 31 29 / 06 64 88 58 15
Contact téléphonique Mercury : 08 92 68 81 06 / 04 93 55 37 81