Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > VENDREDI 15 NOVEMBRE 2013 - INTO THE ABYSS

Cinéma Sans Frontières

VENDREDI 15 NOVEMBRE 2013 - INTO THE ABYSS

Publié le mercredi 30 octobre 2013

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Un documentaire de Werner Herzog

Canada/Allemagne - 2012 - 1h45 - vostf

C’est dans le cadre du Festival Cinéma d’Amnesty International "Au coeur des Droits Humains" du 15 novembre au 1er décembre, que ce film est présenté par CSF.

Le 24 octobre 2001, dans la petite ville de Conroe au Texas, Jason Burkett et Michael Perry, en quête d’une voiture à voler, abattent de sang-froid Sandra Stotler, son fils Adam et l’ami de ce dernier, Jeremy. Retrouvés puis arrêtés, les deux jeunes hommes, âgés d’à peine 19 ans, sont condamnés : Burkett à la prison à perpétuité, Perry à la peine capitale. Le 1er juillet 2010 le cinéaste Werner Herzog interviewe Michael Perry, huit jours avant son exécution. Suite à cette rencontre, il retourne sur les lieux du crime, interroge les enquêteurs, consulte les archives de la police, discute avec les familles des victimes et des criminels, rencontre un ancien bourreau du couloir de la mort. Non pour juger mais pour essayer de comprendre. Au-delà du fait divers, Herzog nous entraine dans une enquête sur l’Amérique et les profondeurs de l’âme humaine.

Dans Into The Abyss, Werner Herzog a fait le choix de rencontrer des condamnés à mort peu avant leur exécution. Parmi eux, Michael Perry, l’un des trois accusés impliqués dans une affaire de triple meurtre, livre une interview au cinéaste, huit jours avant sa mort. C’est le seul entretien qui existe de lui.

Dans l’affaire de triple meurtre à laquelle s’intéresse Werner Herzog, deux coupables ont été identifiés puis condamnés. Mais tandis que le premier, Michael Perry, a écopé de la peine capitale, le second, Jason Burkett, a eu plus de chance : face aux lourds antécédents de son père et de ses frères, tous toxicomanes et délinquants, l’accusé a bénéficié de la clémence des juges, qui ont épargné sa vie au profit d’une peine de prison à perpétuité.

Si le film se penche spécifiquement sur une affaire précise et recueille les témoignages des personnes qui y sont reliées, le documentaire fait également office de constat sur un univers carcéral obscurantiste où règnent la violence et l’illettrisme, s’imposant comme le reflet d’une Amérique arriérée où se rencontrent des destins abîmés par la vie.

Si le cinéaste Werner Herzog affirme ne pas être un farouche activiste, il se positionne cependant contre la peine de mort en référence à la propre histoire de son pays. Selon lui, aucun état ne devrait détenir le droit de vie et de mort sur ses citoyens. "Je n’ai pas d’argumentaire à proposer, mais une histoire, celle de la barbarie de l’Allemagne nazie. (...) Aucun Etat ne devrait pouvoir s’arroger le droit, sous aucun prétexte, d’exécuter un être humain. Point final", déclare-t-il catégoriquement. Mais afin qu’aucune ambiguïté ne plane sur son film, le réalisateur tient également à préciser qu’il n’excuse en rien les crimes qu’ont commis les accusés qu’il a suivis pour les besoins de son documentaire.

armi tous les témoignages recueillis pour les besoins du film, Werner Herzog a rencontré Fred Allen, un ancien bourreau qui a démissionné après des années de service : suite à une grave dépression nerveuse, Allen s’est retrouvé dans l’incapacité physique et mentale de retourner dans la maison d’arrêt, alors même qu’il était jusqu’ici partisan de la peine de mort. De cette manière, le cinéaste souhaitait montrer que l’exécution sommaire d’individus est un acte contre-nature.

La mort n’est d’ailleurs que l’une des facettes du film : l’urgence de la vie en est l’autre ligne conductrice. Comment devrions-nous vivre nos vies selon ceux qui attendent leur exécution ? Comment Fred Allen décrit-il une vie intègre faite d’attention à la beauté de la Création ?

Plus qu’un plaidoyer contre la peine de mort, Into the Abyss est, comme tous les films de Werner Herzog, une plongée dans l’abîme de l’âme humaine, une réflexion sur le chaos du monde et sur les tentatives des hommes pour y trouver du sens.

-----------------

Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h 30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier. Désormais le CinémAtelier sera ouvert aux non-adhérents, qui devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 €.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@hotmail.fr
Contact téléphonique CSF : 06 27 19 29 72/04 93 26 54 46
Contact téléphonique Mercury : 08 92 68 81 06 / 04 93 55 81