Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > VENDREDI 11 SEPTEMBRE 2015 : AFERIM !

Cinéma Sans Frontières

VENDREDI 11 SEPTEMBRE 2015 : AFERIM !

Publié le jeudi 3 septembre 2015

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Radu Jude

Roumanie - 2015 - 1h48 - vostf

1835. Un policier et son fils parcourent la campagne roumaine à la recherche d’un esclave gitan accusé d’avoir séduit la femme du seigneur local. Tel un shérif d’opérette chevauchant dans les Balkans sauvages, le fonctionnaire zélé ne perd pas une occasion d’apprendre à son rejeton le sens de la vie. A grands coups d’insultes grivoises, proverbes ridicules, morale bigote, humiliations gratuites, menaces et autres noms d’oiseaux, Costandin affiche son mépris des femmes, enfants, vieillards, paysans, juifs, turcs, russes et surtout, surtout, des gitans. Se jouant des clichés du western d’antan, AFERIM ! se moque avec cynisme et mordant de l’intolérance des hommes, d’hier comme d’aujourd’hui ! (Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs)

"Aferim !" est une expression turque signifiant littéralement "Bravo !". Radu Jude voulait faire un film sur le passé qui aurait quelque chose à dire sur la vie d’aujourd’hui, notamment sur les jugements moraux que les gens peuvent porter sur la manière dont certaines personnes se sont comportées il y a plusieurs siècles en raison des moeurs de leur temps. Le réalisateur a souhaité aborder des questions épineuses en Roumanie, comme l’esclavage des Roms, et parler du fait qu’il y a toujours un problème quant au fait d’affirmer une vérité absolue sur l’Histoire.

"La singularité d’Aferim ! émane du fait que Radu Jude a élaboré son scénario pour le moins rocambolesque non pas à partir d’une pure imagination du passé mais, à la façon d’un travail d’historien, dans des archives où il est allé puisé ces faits divers des années 1830. Si c’est une manière de signifier que la réalité n’a souvent rien à envier à la fiction, Aferim ! signale aussi que le présent reste lourdement entaché de ce passé marqué par une inique brutalité et une inepte représentation du monde. Il aurait été simpliste que ce dialogue s’établisse par le biais d’un didactisme binaire, Radu Jude a le bon goût de le faire d’une façon diffuse, avec un ton percutant et corrosif. L’ironie suprême est assurément atteinte lorsque Costandin profite de la capture du fugitif pour le questionner sur le monde, que ce dernier a vu (l’Allemagne, Paris...) ; c’est ce que l’on peut caractériser comme un parfait dialogue entre un bas du front et un large d’esprit, dialogue qui ne concerne évidemment pas que la Roumanie ni les seules années 1830".(Critikat.com)

Le film a été tourné en noir et blanc et il ne s’agissait pas forcément d’un choix de départ. En fait, cette considération esthétique est venue petit à petit. Le réalisateur voulait donner l’impression au spectateur qu’il avait sous les yeux un film et rien qu’un film. Aferim ! devait être avant tout une création artistique et non pas un sujet de thèse où une vérité absolue faisant autorité.

Pour construire l’aspect visuel de son film, Radu Jude avait en tête des références tant plastiques que cinématographiques, allant des peintures et dessins du XIXème siècle comme ceux d’Auguste Raffet aux premières photographies, en passant par les westerns de Howard Hawks et John Ford.Le film a été produit par Ada Solomon, productrice qui a décidément du flair puisqu’avant que Radu Jude ne remporte l’Ours d’Argent du meilleur réalisateur pour Aferim !lors de la dernière édition de la Berlinale, la productrice avait déjà accompagné l’un des succès roumains de ces dernières années, Mère et Fils de Calin Peter Netzer qui avait obtenu l’Ours d’Or à la Berlinale de 2013.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri.

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
[https://www.facebook.com/cinemasans...]