Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > VENDREDI 09 JANVIER 2015 - MERCURIALES

Cinéma Sans Frontières

VENDREDI 09 JANVIER 2015 - MERCURIALES

Publié le lundi 5 janvier 2015

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Virgil Vernier

France - 2014 - 1h44

"Cette histoire se passe en des temps reculés, des temps de violence. Partout à travers l’Europe une sorte de guerre se propageait. Dans une ville il y avait deux sœurs qui vivaient…"

A 38 ans, Virgil Vernier signe avec Mercuriales son premier vrai long-métrage de fiction, après plusieurs documentaires et oeuvres courtes remarqués (Commissariat, Pandore, Orléans...). Il confie que ceux qui l’inspirent le plus, ce sont surtout des musiciens, des artistes, des écrivains : Sylvia Plath oui, mais aussi Carson McCullers, Flannery O’Connor : Quand j’écris, j’écoute surtout de la musique. Ça me met en transe ! Mais l’inspiration vient surtout dans la rue, en marchant ou en voyant des situations, en rencontrant des gens. En fait, c’est la vie en général qui est inspirante. Ce qui se passe à la télé, dans les médias, sur internet. Des émissions de télé-réalité, les faits divers du jour, des photos amateurs sur internet. Tout ça ce sont des signes du présent qui donnent des idées. Dans l’idéal j’aimerais qu’on voie Mercuriales sans penser à d’autres films, sans référence culturelle. Le spectateur idéal serait un individu totalement innocent, sans connaissance de l’histoire de l’art. Moi-même en faisant ce film, j’ai tenté de me libérer de toutes mes influences et de faire un film totalement tourné vers le présent... Dans ce film, j’ai voulu que le destin des personnages ressemble à celui des héros de contes, des tragédies grecques. Quand je regarde l’urbanisme d’une ville, je ne peux pas m’empêcher de penser à des images de villes mythiques. Si on regarde un événement anodin en le mettant en perspective avec l’histoire, ou avec des symboles, il se met à devenir emblématique. Je pense que le merveilleux est présent partout autour de nous. Il est là, dans la rue, il faut juste le guetter. Les films ou la photographie permettent de le saisir, de le révéler.

Le réalisateur Virgil Vernier a souhaité faire un film sur les tours du Mercuriales de Bagnolet en Seine-Saint-Denis, car elles sont riches d’un point de vue symbolique dans son histoire comme dans la grande Histoire. Virgil a grandi face à ces tours, et elles l’ont toujours fasciné. Il souhaitait faire un film sur les ruines, et ces tours étaient pour lui le meilleur objet pour en parler. Elles ont été construites sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, et ont incarné le triomphe du capitalisme, l’influence des Etats-Unis sur la France dans les années 1970. Comme il le dit : « J’ai imaginé ce film à partir des tours Mercuriales que je connaissais très bien pour les voir depuis ma chambre d’enfant. Elles sont appelées respectivement la tour du Ponant et la tour du Levant, soit l’Ouest et l’Est. Ce principe bizarre de deux tours jumelles désignant deux points cardinaux, dont les salles de conférences tiennent leurs noms de dieux mythologiques, m’a inspiré l’idée de deux pôles de l’Europe incarnés par des jeunes filles, l’une de l’ouest de la France, l’autre d’Europe de l’Est, qui parcourraient cet endroit leur renvoyant un reflet métaphorique après s’être rencontrées au sommet, ce point de guet très symbolique en surplomb de la ville et pareil à une acropole moderne. Dans ma fascination pour ces tours dont on dirait qu’elles cherchent à disparaître en moirant le ciel et la banlieue alentour, alors qu’on ne voit qu’elles, je me suis dit qu’il faudrait autant en parcourir les sous-sols, ce que l’on n’en distingue jamais et qui soutient tout, que les toits, ce qui touche vraiment le ciel. Et que dans les deux cas s’y jouerait quelque chose de divin, dans le rapport d’un côté au monde souterrain, caché, et de l’autre à l’idée très XXe siècle du gratte-ciel. » Pour lui "Les tours du Mercuriales sont comme une sorte de totem de notre monde".

Comme pour l’un de ses précédents films, Chroniques de 2005, Virgil Vernier a opté pour une narration fragmentée, où chaque personnage prend le relais sur l’autre, pour dresser un portrait de la société contemporaine. Le réalisateur explique que « Même si le délire de s’élever ainsi brasse des mythes très anciens, jusqu’à la tour de Babel, ce type d’édifice constitue la grande forme d’architecture et l’incarnation même du capitalisme orgueilleux, conçue au siècle dernier, apparue à New York, puis essaimée en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans les quartiers d’affaires allemands et suisses, et même en France sous la forme d’une espèce de simulacre un peu médiocre du modèle américain. Face aux attentats du 11 Septembre, qui préfiguraient comme par hasard un krach économique, on pouvait voir la mise en crise de ce modèle d’un siècle qui venait de s’achever. Et ses tours, pour moi laides et grossières, prenaient des atours de colosse au pied d’argiles. Ce sont déjà des ruines, au fond, des ruines en puissance. Je voulais absolument explorer cela par la musique, la lumière, le cadrage et montrer des filles qui sont elles-mêmes dans cette crise de vie, si bien que tout se met à dialoguer, à rentrer en écho. Dans le film, même quand on s’en éloigne, on y revient toujours, comme au point d’ancrage d’une sorte de fatalité. »

Quand on l’interroge sur le tournage de Mercuriales, il dit que « Le cadre narratif, s’il est minimal, était défini à l’écrit de manière très rigoureuse. Ensuite, je voulais que les personnes qui allaient jouer dans le film aient du lest, un espace ouvert sur le n’importe quoi. De mon expérience dans le documentaire, j’ai retiré le souci de filmer des gens vivants plus que des acteurs en représentation, en imitation de la vie. J’ai demandé à mes actrices de sortir d’elles-mêmes et, pour cela, j’ai essayé de les hypnotiser, de les abrutir de musique, de les faire boire… Je voulais qu’elles deviennent d’autres personnes pour la durée du tournage et filmer cette expérience-là. C’était également important de les filmer en pellicule 16 mm pour les montrer sous un jour très organique et sensuel, à l’image d’une banlieue parisienne que je voulais filmer dorée, vivante, colorée et sublime. Il fallait que tout soit objet de fascination, que tout ressemble à un rêve ou à un cauchemar éveillé, dans une temporalité insituable, que seule permet la pellicule. Tourné en numérique, le film aurait paru froid, cynique. »

Pour être au plus proche de son personnage, Ana Neborac, qui livre sa première interprétation cinématographique, a écrit le journal intime imaginaire de celle qu’elle interprète.

Mercuriales a reçu le prix découverte dans la compétition Première oeuvre de fiction du Festival International du Film Francophone de Namur et le Prix du jury Erasmus au Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (2014). Ce film a été programmé à l’Acid au Festival de Cannes 2014, ainsi qu’au Festival International du Film de la Rochelle 2014.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier. Désormais le CinémAtelier sera ouvert aux non-adhérents, qui devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 €.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@hotmail.fr
Contact téléphonique CSF : 06 72 36 58 57/04 93 26 54 46