Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > VENDREDI 08 JANVIER 2016 : BAD BOY BUBBY

Cinéma Sans Frontières

VENDREDI 08 JANVIER 2016 : BAD BOY BUBBY

Publié le mercredi 6 janvier 2016

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Rolf De Heer

Australie - 1995 - 1h48 - vostf

Séquestré depuis sa naissance par sa mère, Bubby ignore tout du monde extérieur qu’il croit empoisonné. L’arrivée de son père, dont il était tenu éloigné, va bouleverser sa vie. Le jour de ses 35 ans, Bubby va enfin sortir. Il découvre un monde à la fois étrange, terrible et merveilleux où il y a des gens, de la pizza, de la musique et des arbres…

Admiré par Nick Cave ou Quentin Tarantino, Bad Boy Bubby reste le film le plus célèbre de Rolf de Heer, activiste du cinéma à petit budget australien depuis plus de trente ans. Du muet (Dr. Plonk) à la science-fiction (Incident at Raven’s Gate) en passant par le réalisme magique (Le vieux qui lisait des romans d’amour) ou le western pavillonnaire (The King is dead !), il sait toujours tirer le meilleur parti des contraintes budgétaires, et Bad Boy Bubby en est un brillant exemple. On lui doit également La Chambre tranquille, Dance Me to My Song, 10 canoës, 150 lances et 3 épouses ou plus récemment encore Charlie’s Country.

Bad Boy Bubby est un récit initiatique vécu au travers le regard d’un héros naïf, d’un homme enfant sans conscience morale et qui n’a eu accès ni au langage ni aux codes sociaux. Rolf de Heer nous fait voir le monde de manière inédite, nous faisant partager le désarroi et l’étonnement de Bubby, ce nouveau né qui appréhende le monde dans un corps d’adulte. Joyeuse satire sociale, Bad Boy Bubby est d’abord un film sur la manière dont chacun envisage le monde. C’est un thème récurrent chez Rolf de Heer et un film comme 10 canoës, 150 lances et 3 épouses, expérience cinématographique qui nous invite à partager la pensée et l’imaginaire des aborigènes, montre combien pour le cinéaste la perception du monde est chose relative, qu’elle est uniquement conditionnée par la culture à laquelle on appartient. Si l’art consiste à porter un autre regard sur notre société et notre existence terrestre, Bubby est le parangon de l’artiste. Vierge de tout vécu mais personne pensante, il nous invite à voir des choses familières avec un œil neuf, nous montrant par l’absurde que notre société ne repose que sur des codes et des préceptes moraux artificiels. Ignorant de toute convention sociale, des lois et des règles morales – on ne parlera même pas de la croyance religieuse, évacuée en deux monologues hallucinants d’intelligence - Bubby, comme le Kaspar Hauser de Werner Herzog, ne peut que voir notre société autrement et le film nous invite à partager ce regard.

Le tournage de Bad Boy Bubby s’est déroulé du 16 novembre 1992 au 30 janvier 1993 à Adélaïde, Outer Harbor et Semaphore, des villes toutes situées au sud de l’Australie. Bad Boy Bubby ayant été tourné sur plus de deux ans, le réalisateur Rolf de Heer a dû employer trente-deux directeurs de la photographie différents ! Cela permettait au cinéaste d’avoir toujours au moins une personne disponible les week-ends. Aussi, l’Australien a trouvé une justification scénaristique à ce choix technique, il explique : "Le scénario était structuré de telle manière que quand il sort de l’endroit où il a été enfermé, cela pourrait ressembler à n’importe quoi car pour lui ce serait la première fois qu’il le voit. Donc chaque lieu a été tourné en compagnie de directeurs de la photo différents." Rolf De Heer a fourni une séquence à chaque directeur de la photographie sans qu’ils soient au courant de ce qu’allaient faire les autres. En revanche, les parties initiale et finale ont été assurées par la même personne. Cette richesse visuelle est devenue un véritable atout du film, dans lequel on passe du rire aux larmes, de l’effroi au délire, du dégoût à l’extase. Il fut d’ailleurs tourné en Scope avec des objectifs anamorphiques. Autre aspect fondamental, qui en fait un exercice de style quasi expérimental, c’est le travail sur le son. En effet, l’enregistrement de l’ambiance sonore lors du tournage de Bad Boy Bubby s’est fait de manière très particulière. Rolf de Heer a placé un microphone binaural de chaque côté de la tête de l’acteur principal Nicholas Hope. Cela donna au long-métrage une bande son unique où l’on pouvait entendre les mêmes bruits que Bubby et ainsi se mettre plus facilement dans la peau du protagoniste central. Cet effet est particulièrement bien rendu en salle de cinéma, notamment avec cette version restaurée à la George Eastman House de Rochester aux USA, le plus ancien musée de la photographie du monde et un des plus vieux en matière d’archives photographiques. Cette restauration a été faite en coproduction avec Vertigo Productions (Australie), Nour Films (France) l’Australian National Film & Sound Archive et la George Eastman House. Le son a été lui même remasterisé et augmenté en 5.1. Bad Boy Bubby est un film musical, plus encore c’est une véritable symphonie. Si les éructations de Bubby sur scène peuvent faire penser aux Birthday Party, le groupe mythique de Nick Cave, même la première partie, où Bubby est enfermé dans l’appartement, est une sorte de pièce sonore abstraite où le silence en serait l’élément majeur.

"En ce qui concerner l’image, l’utilisation du scope transforme, magnifie ce qui ailleurs aurait été perçu comme sale ou laid. Rolf de Heer parvient à retourner l’imagerie glauque des bas fonds pour en faire de la poésie. Plus prégnant encore, sa volonté de nous faire voir autrement des corps que l’on perçoit habituellement comme disgracieux voir difformes. Bubby, libre de toute doxa esthétique, ne voit pas l’obésité de telle jeune fille ou le handicap de telle autre et tout le travail de mise en scène effectué par le cinéaste nous conduit nous aussi à regarder autrement ceux que l’on moque ou ignore. La beauté des laids chanterait Gainsbourg. Si ce n’est qu’il n’est même pas question de beauté ici et seul compte pour Bubby ce qu’il y a à l’intérieur. Sa perception des êtres ne s’arrête pas à leur surface, il plonge en eux et est en contact direct avec leur cœur et leur esprit comme en témoigne sa capacité à comprendre une jeune tétraplégique pourtant privée du langage. Bubby le déphasé, l’associal, le freak est connecté directement à l’autre car il n’est parasité par aucune convention, aucun de ces filtres qui conditionnent habituellement notre regard. En découvrant le monde, Bubby fait la connaissance d’exclus, de laissés pour compte de la société. Un groupe de rock, des handicapés physiques et mentaux, une nymphomane de l’armée du salut, une infirmière douce et esseulée... c’est grâce au contact des autres que Bubby parvient à s’ouvrir au monde et à y trouver sa place. Bubby n’a aucun préjugés et il prend tous ces gens pour ce qu’ils sont. Le laid, le beau ne comptent pas pour lui et il n’a cure des principes moraux édictés en règle dans notre société. Rolf de Heer nous invite par le dispositif de mise en scène qu’il a mis en place à appréhender nous aussi ces gens de façon pure et simple, sans voyeurisme malsain, sans dégoût ou commisération. Ainsi, lorsqu’il fait jouer de véritables handicapés, on ne ressent aucune gêne, le cinéaste parvenant à retrouver le regard dénué de toute compassion ou de voyeurisme qui était celui de Tod Browning dans Freaks. On se sent incroyablement proche d’eux, on a l’impression de les comprendre, de les voir réellement, magie d’un film qui parvient à nous faire passer du malaise à des sommets d’émotion." (dvdclassik.com)

Très peu de temps après avoir été diplômé de son école de cinéma, Rolf de Heer a imaginé les prémices de ce qui donnera plus tard Bad Boy Bubby. Pendant toute la décennie des années 80, le réalisateur australien a posé ses idées sur des petites fiches. Ce ne fut qu’à partir de 1991, après avoir convaincu Nicholas Hope de jouer le rôle principal, que Rolf de Heer commença véritablement à écrire le script définitif de son film culte. Le réalisateur Rolf de Heer a choisi Nicholas Hope pour jouer le rôle de Buby après l’avoir vu incarner le rôle principal d’un court métrage de 1989, Confessor Caressor, où il jouait un homme qui rêve de devenir un tueur en série.

"Conte qui se défie de toute morale, Bad Boy Bubby possédait tous les éléments pour verser dans le glauque et le sordide. Or il n’en est rien et malgré un ton cru et des situations parfois scabreuses, le film se révèle drôle, décapant, original, jubilatoire. Ainsi au départ, Bubby n’ayant aucune conscience, il ne peut que mimer ce qu’il voit sans comprendre la portée de ses mots ou de ses actes, soit autant d’occasions pour Rolf de Heer de nous offrir des scènes mi-burlesques, mi-touchantes et d’accumuler les situations cocasses et absurdes. Le film est porté par l’interprétation exceptionnelle de Nick Hope qui est de toutes les scènes. L’acteur passe d’un registre à l’autre avec une facilité déconcertante et une économie de jeu hallucinante. Un simple regard, un rictus, un changement dans la posture ou la démarche lui suffisent pour raconter le feu de sensations et d’émotions qui couvent dans son personnage. Comme lui, le ton du film ne cesse d’évoluer au fil des rencontres et on est constamment surpris, portés par cette oeuvre véritablement unique qui s’avère être un remède imparable au formatage de la production cinématographique. Bad Boy Bubby vaut mille fois mieux que sa simple réputation de film culte : c’est un film d’équilibriste qui témoigne du regard sincère de son auteur, de son humanisme et de sa croyance totale dans la capacité du cinéma à nous emmener ailleurs." (dvdclassik.com)

"Par ces choix techniques et par son propos, Bad Boy Bubby apparaît presque comme un film manifeste, cinématographique, mais aussi politique. C’est un film viscéralement anticlérical, à la fois poisseux et romantique, sur le désastre de l’enfermement et de la maltraitance, sur l’acceptation de la différence, et aussi sur la transfiguration d’un anti-héros par la musique." (France-culture.com)

Bad Boy Bubby ayant atteint le statut de film culte, de nombreuses personnes se sont fait tatouer des scènes du film en Nouvelle-Zélande. Bad Boy Bubby a été diffusé lors de la Mostra de Venise en 1993 où il a remporté le prix spécial du jury. Le long-métrage a aussi raflé les prix du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, du meilleur montage et du meilleur acteur pour Nicholas Hope, lors des Australian Film Institute Awards en 1994. En outre, le film a aussi été exposé lors du Festival international du film de Seattle et à celui de Valenciennes en 1995.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 14h00 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
[https://www.facebook.com/cinemasans...]