Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > VENDREDI 07 NOVEMBRE 2014 - LEVIATHAN

Cinéma Sans Frontières

VENDREDI 07 NOVEMBRE 2014 - LEVIATHAN

Publié le mercredi 5 novembre 2014

20h30 Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Andreï Zviaguintsev

Russie - 2014 - 2h21 - vostf

Kolia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage. Vadim Cheleviat, le Maire de la ville, souhaite s’approprier le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Il a des projets. Il tente d’abord de l’acheter mais Kolia ne peut pas supporter l’idée de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Alors Vadim Cheleviat devient plus agressif...

Le réalisateur Andreï Zviaguintsev se révèle au grand public dès son premier long-métrage Le Retour, récompensé par le Lion d’or de la Mostra de Venise 2003, qui obtient un grand succès international. Avec Le Bannissement, il accède à la sélection officielle du Festival de Cannes 2007 où son comédien Konstantin Lavronenko, déjà présent dans Le Retour, obtient le Prix d’interprétation masculine. Son drame Elena est récompensé par le Prix spécial du jury de la section Un certaine regard au 64ème Festival de Cannes.

Leviathan a bel et bien été tourné près de la mer de Barents dans une région perdue de Russie, à la limite du cercle polaire. Les principaux plans furent filmés dans l’oblast de Murmansk, libre des glaces même en hiver grâce un courant dérivé de l’Atlantique nord relativement chaud. Le tournage eut également lieu à Kirovsk, Apatity et à Monchegorsk pour les plans urbains. Toutes ses villes jouxtent à la fois lac et montagnes mais aucun d’eux n’est un port donnant sur les bords de la mer de Barents, contrairement au lieu de l’action du film. La musique du film est de Philip Glass, compositeur auquel Andreï Zvia­guintsev avait déjà fait appel dans ­Elena.

Le film d’Andreï Zviaguintsev n’est pas le premier à porter le nom de Leviathan. En effet, en 1962 sort un film français qui se passe bien loin des mers tourmentées de la vieille Russie : Léviathan, de Léonard Keigel, est un drame social prenant place dans un village au centre de la France. Un second film, également appelé Leviathan (1989), réalisé par George P. Cosmatos, se positionne par la suite dans le genre de l’horreur, proche de The Thing. Enfin, sort en 2012 un documentaire, Leviathan, dénonçant les dérives de la pêche intensive. Curieusement, aucun de ces films ne parlent du Leviathan originel.

A l’origine monstre de la mythologie phénicienne, le Leviathan est devenu, par la Bible, une créature marine diabolique souvent assimilée à un serpent de mer à la gueule géante et dont les ondulations seraient à l’origine des vagues. Le monstre fut diversement utilisé au cinéma : de créature hybride, mi-machine mi-animal dans Atlantide, l’empire perdu (2001), des studios Disney, il devient une bête extra-terrestre recouverte d’une armure de métal dans Avengers (2012). Or, dans la mythologie nordique, le Leviathan est souvent assimilé à Jörmungand, serpent de mer fils de Loki, justement adversaire des Avengers dans le film en question. En 2006 est également sorti un nanar américain, Razortooth, dont le titre fut traduit par Leviathan. L’animal aurait pourtant plutôt hérité de l’anguille et de la murène que de la mythique créature.

Le réalisateur Andreï Zviaguintsev n’a pas l’intention de faire un drame social, une peinture réaliste d’une région spécifique de la Russie contemporaine. Leviathan cherche plus, selon lui, à métaphoriser un concept humain, de réaction et de réflexion face à l’adversité : "quand un homme est aux prises avec sa propre angoisse devant le besoin et l’incertitude, quand les images floues de l’avenir le submergent, qu’il a peur pour les siens, peur de la mort qui rôde, que peut-il faire si ce n’est renoncer à sa liberté et à sa volonté après avoir, de son propre chef, transmis ces trésors à une personne de confiance contre de trompeuses garanties de sécurité, de protection sociale, voire d’une illusoire communauté ?" précise-t-il, avant d’ajouter : "le regard que porte Thomas Hobbes sur l’État est celui d’un philosophe sur le contrat conclu par l’homme avec le diable : il le voit comme un monstre engendré par l’homme pour éviter la guerre de « tous contre tous » et par l’envie bien compréhensible d’acquérir la sécurité en échange de la liberté, son seul bien authentique".

En tant que cinéaste, c’est son rapport à la Russie que met avant tout en scène Andreï Zviaguintsev dans son film. Il lie l’Homme à Dieu et à l’Etat, sans pour autant clairement définir les limites de ces derniers : ils semblent faire partie intégrantes de la nature humaine et y fusionner de façon à modeler l’Homme et à en faire un être conscient mais dépendant. "Nous sommes tous, depuis notre naissance, marqués par le péché originel, nous naissons tous dans un « État ». Son pouvoir spirituel sur l’homme ne connaît pas de limites. La laborieuse alliance de l’Homme et de l’État est, depuis longtemps, un thème de la vie en Russie. Mais, si mon film est ancré dans le terreau russe, c’est seulement dû au fait que je ne ressens aucune parenté, aucun lien génétique avec quoi que ce soit d’autre. Je suis, cependant, profondément convaincu que, quelle que soit la société dans laquelle chacun de nous vit, de la plus développée à la plus archaïque, nous serons forcément tous confrontés un jour ou l’autre à l’alternative suivante : vivre en esclave ou vivre en homme libre", explique-t-il. "Et si nous pensons naïvement qu’il doit bien y avoir un type de régime étatique qui nous libère de ce choix, nous nous fourvoyons totalement. Il y a, dans la vie de chaque homme, un moment clé où il se retrouve face au système, au « monde » et où il doit défendre son sens de la justice, son sens de Dieu sur Terre. Or c’est justement parce qu’il est encore possible de poser ces questions au spectateur et de trouver un héros tragique dans nos contrées, un « fils de Dieu », un personnage qui fût de tout temps tragique, que ma patrie n’est pas encore perdue pour moi, ni pour tous ceux qui ont fait ce film" achève-t-il.

Leviathan a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2014 : Oleg Neguine et Andreï Zviaguintsev y remportèrent le Prix du scénario.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier. Désormais le CinémAtelier sera ouvert aux non-adhérents, qui devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 €.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@hotmail.fr
Contact téléphonique CSF : 06 72 36 58 57/04 93 26 54 46