Banière accueil
Accueil > Social > Solidarité > Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes > Lutte contre le gaspillage alimentaire

Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Publié le mardi 18 février 2014

La Banque Alimentaire a signé la Charte d’Engagement pour le Développement du Don en Nature de produits alimentaires avec les pouvoirs publics et les leaders de la grande distribution.

Dans le cadre du projet de Lutte contre le Gaspillage Alimentaire engagé par l’ADEME et le Ministère de l’Agriculture, le Conseil Général des Alpes Maritimes et la Chambre de Commerce et d’industrie de Nice - Côte d’Azur ont organisé courant 2013 des réflexions avec les représentants de la Grande Distribution et des Associations humanitaires pour faciliter la récupération par ces dernières des denrées proches des dates limites de consommation, difficilement vendables par les premiers.

Les Banques Alimentaires s’étant faites, depuis leur origine, une spécialité de la Lutte contre le Gaspillage et de la récupération de produits alimentaires à date de consommation courte, l’expérience quotidienne que nous partageons avec les leaders de la Grande Distribution ont bien entendu servi de trame à ces réflexions.

Pour mémoire, la Banque Alimentaire des Alpes Maritimes récupère quotidiennement plus de 2 tonnes de nourriture d’excellente qualité auprès des Grandes Surfaces du département, ce qui représente plus de 40% des 1 400 tonnes (2 million 800 000 repas) distribués annuellement.

Ces réflexions se sont conclues par la signature, le 7 Février dernier, de la "Charte d’Engagement pour le Développement du Don en Nature de ¨Produits Alimentaires" entre le Conseil Général, la Chambre de Commerce, les directeurs des grands groupes de distribution (Auchan, Casino, Carrefour, Lafayette Gourmet, Leclerc, Metro, Super U) et les représentants des principales associations humanitaires (Banque Alimentaire, Croix Rouge, Restos du Cœur et Secours Populaire).

S’appuyant sur nos bonnes pratiques, cette charte ne va pas changer notre mode de fonctionnement, mais elle devrait faciliter la récupération de produits alimentaires au profit des démunis en incitant plus de magasins à donner, et plus d’associations à mettre en place les moyens nécessaires à ce ramassage.