Banière accueil
Accueil > Santé > Ophtalmologie > Retina France > Les différentes visions d’une personne déficiente visuelle

Retina France

Les différentes visions d’une personne déficiente visuelle

Publié le mercredi 29 juin 2011

Les dégénérescences de la macula sont une des causes les plus fréquentes d’un handicap visuel chez les personnes âgées.Elles peuvent aussi affecter des gens jeunes (maladie de Stargardt, maladie de Best, formes inversées de Rétinopathie Pigmentaire, entre autres).

Voici un aperçu des différentes visions touchées par les maladies :


    1. Dégradation du champ visuel central




Au fil de l’évolution de ces maladies, les cellules sensibles à la lumière au centre de la rétine, qui forment la macula, se décomposent. Cette zone minuscule (5% de la rétine) permet de voir nettement un objet. Les personnes atteintes de dégénérescence maculaire ont beaucoup de peine à lire, à reconnaître des visages et à distinguer des structures fines. Ils peuvent néanmoins s’orienter et se mouvoir dans une pièce.

Vue normale

JPG - 56.3 ko
vision normale

Lorsqu’une personne affectée de dégénérescence maculaire regarde des visages, elle ne distingue qu’une image floue, tandis qu’elle perçoit une image - bien qu’estompée - de ce qui se trouve tout autour.

Vue d’une personne atteinte de DMLA
 

JPG - 44.7 ko
vision atteinte de DMLA
    1. Dégradation du champ visuel périphérique


Les personnes qui ont un champ visuel périphérique restreint - ce que l’on nomme couramment "vue en tunnel" – voient avec acuité et précision les objets qu’elles fixent. Il est fréquent qu’il reste, dans les zones marginales du champ visuel, de petits îlots de cellules rétiniennes intactes, lesquelles fournissent quelques informations additionnelles permettant au sujet de s’orienter.

Fait caractéristique, les personnes dont le champ visuel périphérique est restreint n’en sont pas conscientes car elles ne perçoivent rien - ni clair ni obscur - là où la rétine ne transmet pas d’informations.

La meilleure manière de comprendre ce phénomène est de tenter de percevoir ce qui se passe derrière notre dos : nous savons peut-être ce qui s’y trouve mais, pour nos yeux, cela n’existe pas. De la même façon, une personne au champ visuel périphérique restreint n’est pas avertie de cette lacune par la perception d’une surface grise ou noire.

Si une personne atteinte de rétinopathie pigmentaire porte son regard sur des visages, voici ce qu’elle voit.

Vue d’une personne atteinte de Rétinopathie Pigmentaire, vue en tunnel

vision atteinte de RP

Plus d’info : www.retina.fr