Banière accueil
Accueil > Informations municipales > Le Nice Jazz s’installe au Chantier Sang Neuf

Informations municipales

Le Nice Jazz s’installe au Chantier Sang Neuf

Publié le mardi 5 juillet 2011

Les anciens abattoirs frigorifiques de la Ville de Nice ont entamé leur mutation pour alimenter la ville d’un sang neuf de CREATION ET RECREATION. Pendant que se dessine leur avenir, le Chantier Sang Neuf propose déjà des rendez-vous festifs et exceptionnels au public.

Ces rendez-vous seront toujours l’occasion d’expérimenter les nouveaux rapports au public et les transversalités entre créatifs qui sont au cœur de la réflexion ainsi menée, dans une double énergie de recherche-action.

Dans le cadre du Nice Jazz Festival OFF 2011, bienvenue pour les CHANTS DANSES SONS NEUFS du CHANTIER SANG NEUF.

Dans la Kunstellation (œuvre éphémère habitable de l’architecte designer Didier Fuzia Faustino), comme dans les couloirs et frigos des abattoirs, ou encore sur l’autopont Vérany devenu piétonnier pour un ré enchantement éphémère de la rue, des CHANTS, des DANSES, des SONS NEUFS vont faire résonner le Nice Jazz Festival OFF à l’est de la ville en écho à la Place Masséna.

Jeudi 7 juillet de 20h à 24h

BŒUF AUX ABATTOIRS

Une jam-session menée par le saxophoniste Seb Chaumont et son 4tet. Les musiciens du 4tet interprèteront les compositions de ce dernier et du pianiste, Olivier Slama, qui forme avec Max Miguel (Batterie) et Sébastien Lamine (contrebasse) la rythmique du groupe… Le blues, la soul, le swing et le langage "be bop" sont les composantes majeures d’une musique à l’identité forte et assumée. C’est du hard-bop de qualité, 100 % acoustique. La jam sera ouverte par les élèves du regretté trompettiste François Chassagnite du Conservatoire National à Rayonnement Régional, membre fondateur de ce qui fut le 5tet avec Seb Chaumont. Elle se poursuivra jusqu’à minuit avec de nombreux invités donneurs de sons…

Dimanche 10 juillet 2011 de 15h à 19h

TRACES DE SONS AUX ABATTOIRS

Un parcours sonore et live des influences du jazz

Parce que les Abattoirs sont un lieu chargé de mémoire, et d’une mémoire qui interroge le rapport qu’entretient l’Homme avec la Nature et avec sa propre nature, le couloir des chevillards et la halle aux viandes offriront un parcours sensible sur l’âme musicale qui traverse le jazz et lui fait traverser les âges.

- Orchestration de 4 tableaux musicaux enregistrés "live" par les soins de César Valente et sa "manufacture de l’ombre" : les percussions africaines, le blues, la culture des "preachers" et la musique de J.S Bach, avec des intervenants tels que Bela Lorent au violoncelle, l’Harmoniciste Laurent Valette ou encore Fatokoma Traoré aux percussions.

- Laurent Sarrien au vibraphone et Olivier Giraudo à la guitare

- Le Poète- rappeur Emmaes Sambalek accompagné par des percussionnistes afro-cubains.

EN CORPS DU JAZZ AUX ABATTOIRS

Un soul train qui embarque les corps et le jazz

Parce que les Abattoirs sont un lieu dédié à la chair, au corps et un lieu chorégraphié par une mécanisation de pointe sur un circuit de 3 kms de rails suspendus, et parce que le credo du quartet du saxophoniste Sébastien Chaumont est que « le jazz doit s’adresser au corps », celui-ci livrera dans l’Agora un projet imaginé avec François Chassagnite et encore inédit : une battle entre les 4 musiciens et 4 danseurs du collectif AKA (Carlos Lopez).

Le public aura le droit de ne pas résister à entrer dans la danse.