Banière accueil
Accueil > Culture > Promotion et soutien des artistes > Rosalinde Rancher Créativité 2000 > Le Carnaval a-il été inventé pour escamoter l’angoisse ?

Rosalinde Rancher Créativité 2000

Le Carnaval a-il été inventé pour escamoter l’angoisse ?

Publié le lundi 28 janvier 2013

Samedi 9 février 2013 à 15 heures, aura lieu, à Nice, la réunion mensuelle des membres et des sympathisants de l’association "Rosalinde Rancher Créativité 2000". Cette séance sera l’occasion de tenter de répondre à la question : « Le Carnaval a-il été inventé pour escamoter l’angoisse ? ».

A Nice, on doit à Auguste Raynaud la création, en 1873, du Comité des fêtes qui organise le Carnaval sous sa forme actuelle. Cette année, le « Roi des 5 continents » du Carnaval niçois va régner du 15 février au 6 mars avec, comme l’a déjà indiqué Nice-Matin, des modifications de détail par rapport aux fois précédentes.

Ce n’est cependant pas de cela que notre association va discuter. Elle va, en effet, s’interroger sur le concept même de « carnaval ». Comme le dit wikipédia, les carnavals correspondent à une période de fête généralement reliée à la date de Mardi gras pendant laquelle les habitants de la ville participante sortent, relativement déguisés (voire masqués ou bien maquillés), pour chanter, danser, faire de la musique dans les rues, jeter des confettis, assez souvent dans le cadre de parades.

L’étymologie italienne carnelevare, formé à partir d’un mot latin carne « viande » et levare « enlever », qui signifie littéralement « entrée en carême », montre l’aspect psychologique rigoureux du contexte. Il n’est donc, pas étonnant que nous ayons, à ce propos, posé la question : « Le Carnaval a-il inventé pour escamoter l’angoisse ?  ».

En fait, les périodes de carnaval ont hérité de traditions archaïques liées aux cycles saisonniers et agricoles. Historiquement, par exemple, elles ont été précédées par les saturnales des Romains et les fêtes dionysiaques en Grèce.

Si l’on suit Mircea Eliade, cité par wikipédia, la réponse à la question posée est «  oui  » sans hésitation. Il déclare, en effet : « Toute nouvelle année est une reprise du temps à son commencement, c’est-à-dire une répétition de la cosmogonie. Les combats rituels entre deux groupes de figurants, la présence des morts, les saturnales et les orgies, sont autant d’éléments qui dénotent qu’à la fin de l’année et dans l’attente du Nouvel An, se répètent les moments mythiques du passage du chaos à la cosmogonie  ».

Ceci dit, il convient d’aller plus loin pour bien comprendre comment fonctionne le processus global en jeu. C’est par la « La Voie des masques », chère à Claude Lévi-Strauss , que nous allons aborder cette analyse. Les masques endossent l’aspect d’êtres hors normes qui sont partiellement démoniaques , suggérant qu’ils sont animés par des esprits au caractère surnaturel. Les masques auraient ainsi une une fonction apotropaïque, visant à détourner les influences maléfiques pour conjurer le mauvais sort. À la fin de la fête, le Roi du Carnaval, sous forme de réplique réalisée pour la circonstance, est brûlé. Cette mort, c’est celle du chaos et du désordre qui ont été mis en scène pendant cette période. Ces funérailles sont également celles de l’angoisse, à l’origine de la fête, et que l’on souhaite voir disparaître pour le restant de l’année.

En réalité, la démarche psychologique qui préside à cette manifestation peut être rapprochée du concept de « déplacement » en psychanalyse. En effet, ce mécanisme de défense du Moi est un passage de l’affect d’une représentation à une autre. Il évoque le mouvement et il est bel et bien un vecteur d’activité : quand le Moi ne sait pas comment traiter un problème, il déplace ce problème sur une autre représentation. Cette activité de déplacement amène fondamentalement le sujet à tourner en rond autour du problème non résolu comme la parade de Carnaval, elle-même, tourne en rond sur son circuit !

Le carnaval, cet artifice pour échapper à l’angoisse de l’hiver, prend, en somme, sous nos yeux son sens profond et sa place dans la longue cohorte des spectacles que notre société s’offre à elle-même.

Robert Brugerolles

Président de l’association

Références

Pour l’article de wikipédia sur le carnaval :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carnaval

Pour en savoir plus sur Claude Lévi-Strauss :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude...

Pour le concept de déplacement en psychanalyse :

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A...

Pour ce qui se rapporte aux nouveautés du Carnaval de Nice :

http://www.nicematin.com/nice/les-n...

Pour une réflexion générale autour de la créativité :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%...

Pour toutes les rencontres des Rosalindes :

http://www.creativite2000.com/renco...

et

http://associations.nice.fr/spip.ph...

Les meilleurs échanges de cette réunion feront l’objet d’un reportage dans le numéro 10 du bulletin trimestriel de l’association "Lou Rosalain"

La réunion se tiendra à Nice au nouveau domicile de Bernadette Mistral le samedi 9 février 2013 à 15 heures.

Pour tout renseignement sur cette rencontre, on peut téléphoner au :

04 83 50 51 91.

ou envoyer un message à :

robertbaiedenice@yahoo.fr