Banière accueil
Accueil > Social > Solidarité > Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes > L’aide alimentaire Européenne

Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes

L’aide alimentaire Européenne

Publié le lundi 4 février 2013

A l’heure ou les dirigeants Européens négocient le budget 2014 - 2020, l’aide alimentaire que l’Europe apportait jusqu’alors aux plus démunis est gravement menacée. Ceci risque d’affecter gravement les capacités de fonctionnement des associations humanitaires et les services qu’elles apportent aux personnes en grandes difficultés.

Nous vous déjà alertés sur les menaces qui pesaient sur le PEAD (Plan Européen d’Aide aux plus Démunis) jusqu’à ce que, fin 2011, les Chefs d’États et de Gouvernements acceptent de reconduire cette aide jusqu’à fin 2013 en lui allouant un budget annuel de 500 M€ (1 € par habitant et par an).

Le PEAD, qui était adossé à la PAC (Politique Agricole Commune), va donc disparaître à la fin de cette année, et nous ne savons toujours pas comment ni par quoi il va être remplacé.

Le projet de budget Européen pour les 7 prochaines années (2014 – 2020), en cours de négociation entre les Chefs d’États et de Gouvernements, évoque un FEAD (Fond Européen d’Aide aux Démunis) qui serait rattaché à la Politique Sociale Européenne, mais dont, ni le montant, ni le périmètre ne sont à la hauteur du PEAD actuel.

Ce FEAD, qui couvrirait toutes les formes d’aide aux démunis, et non plus seulement l’aide alimentaire, pourrait se voir affecter une somme de 2,1 Md€ sur 7 ans (0,2 % du budget Européen), soit 300 M€ par an (40% de moins que l’actuel PEAD !).

Certains pays qui jusqu’alors ne souhaitaient pas bénéficier de l’aide alimentaire Européenne ont déjà fait savoir qu’ils demanderaient à bénéficier de cette nouvelle aide. De même, on peut s’attendre à ce qu’en France, certaines associations qui n’étaient pas concernées par l’aide alimentaire (logement, habillement, santé, …) veuillent logiquement profiter de l’élargissement de son assiette.

En bref : un gâteau beaucoup plus petit à partager entre beaucoup plus de convives !

Les Banques Alimentaires, en France comme dans les autres pays, sont depuis des mois entièrement mobilisées pour interpeller leurs gouvernements respectifs afin que les dirigeants Européens assument leurs responsabilités en s’engageant sur un dispositif pérenne et crédible d’aide aux plus démunis. Il n’y a pas d’autre alternative, et nous ne comprendrions pas que l’Europe se désintéresse de ses 18 millions de citoyens les plus déshérités.

Quelles conséquences si les dirigeants Européens demeurent sourds à nos attentes ?

Comme les autres, la Banque Alimentaire des Alpes Maritimes vient de recevoir les dotations du PEAD 2012, et les dotations 2013, en légère diminution, nous permettront de maintenir le niveau de service actuel à nos 108 Associations et CCAS Partenaires et à leurs bénéficiaires jusqu’à mi 2014.

Ensuite, si rien ne bouge, nous aurons beaucoup moins à distribuer (le PEAD représente actuellement 40% de ce que nous distribuons). Pour maintenir le service à leurs bénéficiaires, les Associations devraient acheter des denrées, … alors qu’elles n’en ont pas les moyens. Beaucoup devront réduire leur activité ; d’autres seront condamnées à disparaître.

Il est peut-être encore temps à chacun (particuliers, associations, élus, médias, ...) d’interpeller les dirigeants Européens pour les convaincre qu’ils doivent éviter un drame social programmé.