Banière accueil
Accueil > Culture > Promotion et soutien des artistes > Rosalinde Rancher Créativité 2000 > Fête de la science 2012 : Qu’y-a-t-il à célébrer ? Pourquoi faire (...)

Rosalinde Rancher Créativité 2000

Fête de la science 2012 : Qu’y-a-t-il à célébrer ? Pourquoi faire ?

Publié le lundi 1er octobre 2012

Jeudi 11 octobre 2012 à 19 heures, la Cave Romagnan (22, rue d’Angleterre à Nice) vous propose un débat pour célébrer la Science : Découvertes, dialogues, créativité, science, technologies, Histoire naturelle, connaissances, astronomie, astronautique, serendipité, physique, géologie, science-fiction, etc., qu’y-a-t-il à célébrer ? Pourquoi faire ?

La rencontre est animée par Robert Brugerolles, président de l’association « Rosalinde Rancher Créativité 2000 ».

Comme l’indique Wikipédia, « la Fête de la Science est un évènement annuel organisé en France visant à promouvoir la science auprès du grand public ». Organisée institutionnellement par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, cette manifestation propose une palette variée d’évènements de médiation scientifique : « expositions, conférences, ateliers pédagogiques, journées portes ouvertes » dans les laboratoire de recherche, etc. »

Les prémisses de la Fête de la Science sont apparues en 1991, lorsque le ministre de la recherche Hubert Curien (30 octobre 1924 ; 6 février 2005) a décidé de fêter les 10 ans de son Ministère en ouvrant ses jardins au public pour la première fois. Durant trois jours en juin, l’année suivante a véritablement lieu la Première Fête de la science sous le nom de « Science en fête ». Elle garde cette forme jusqu’en 1998 où elle est étendue à toute une semaine par le ministre de l’époque Claude Allègre, afin que les scolaires puissent profiter de la manifestation. En 2006, après 15 ans d’existence, la Fête de la science est organisée du 9 au 15 octobre. Ces dernières années, elle est programmée, soit en octobre, soit en novembre.

Les parties prenantes de la fête de la science sont les universités, les grandes écoles et les acteurs de la vie scientifique du pays, association, fédérés par des coordination régionales. Elles proposent au public des animations sous forme de démonstration, de visites, de discussions, de conférences, etc.

Wikipédia précise : « Les jours de semaine accueillent surtout du public scolaire alors qu’en week-end, le grand public se presse nombreux pour rendre visite dans les différents site ou village des sciences, suivant les années et suivant les villes ». En résumé, « C’est l’occasion que les scolaires ou le public discute avec des scientifiques, ou des passionnés de sciences ».

Comment évaluer l’intérêt de tout cela ? Qu’y-a-t-il, en profondeur à célébrer ? Pourquoi faire ? Ce genre de questions n’est pas assez posé dans cette circonstance.

Où veut-on en venir « en fait » (jeu de mot profondément pertinent) ?

En pratique, la science devenant de plus en plus « pointue », le grand public se trouve également de plus en plus déconnecté de ses problématiques. En France, il y a même chez les jeunes une désaffection pour les carrières scientifiques dans un contexte où la réussite financière est valorisée par rapport à la réussite intellectuelle. L’idéal d’une société de la connaissance n’a pas, actuellement, de contenu suffisamment concret pour la majorité des gens.

Parler de « Fête de la Science » a pour effet de rendre attractif le propos des « supporteurs » de la science mais ne provoque-t-on pas un malentendu ? Ne crée-t-on pas un qui-pro-quo qui aggrave le fossé entre les divers interlocuteurs ? « Une fête est un événement organisé pour célébrer quelque chose ou quelqu’un », dit Wikipédia. C’est un « moment privilégié, toujours attendu avec impatience, qui se trouve moins à l’intérieur du temps social qu’à ses marges » dans lequel « il y a finalement là moins confrontation, rencontre, dialogue, que dissolution provisoire ».

En réalité, le conseil que les organisateurs de l’évènement souhaitent porter au grand-public, c’est « Faites de la science ! » et pas du n’importe-quoi. Ainsi, au travers de l’exemple des scientifiques vivants ou disparus, on veut montrer que vivre ces professions, c’est avoir un existence honorable et heureuse au service de l’intérêt général. Mais, dans le fond, en voulant fêter la science, on enfonce un porte ouverte car comme Hubert Curien l’avait initié sous sa forme de « science en fête », la science est, en elle-même, une fête permanente, provoquée par la surprise de ses découvertes. Ce n’est donc, pas une fois par an qu’on doit participer à ses fêtes, mais étendre sa durée à tous les jours de l’année en prenant connaissance au fur et à mesure de ses actualités...

Robert Brugerolles

Références

---------------------------------

Pour ce qui concerne la fête :

http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte

Pour la Fête de la Science :

http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_de_la_Science

Pour la biographie d’Hubert Curien :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hubert_Curien

Pour les sujets traités par l’association Rosalinde Rancher Créativité 2000 :

http://associations.nice.fr/spip.php?page=recherche&lang=fr&recherche=Rosalinde+rancher

La réunion se tiendra à Nice, à la Cave Romagnan (22, rue d’Angleterre) le jeudi 11 octobre 2012 à 19 heures. Pour tout renseignement sur cette rencontre, on peut envoyer un message à : robertbaiedenice@yahoo.fr