Banière accueil
Accueil > Vivre ensemble > Divers > Osez le féminisme > ET SI ON SE METTAIT TOUTES ET TOUS AU VIOLET ?

Osez le féminisme

ET SI ON SE METTAIT TOUTES ET TOUS AU VIOLET ?

Publié le vendredi 19 octobre 2012

Vous l’avez sans doute remarqué, le violet fait un retour en force dans les magazines et dans les rues. Cet été, c’était la couleur officielle des Jeux Olympiques de Londres, et cet hiver la mode déclinera le violet dans toutes ses nuances. L’occasion d’essayer de répondre à cette question si souvent posée : « Mais pourquoi le violet est-il la couleur des féministes ? »

Depuis l’Antiquité le violet est associé au deuil et à la pénitence. La violette est considérée comme une fleur funéraire, sans doute parce que la légende raconte que Proserpine en cueillait quand elle fût enlevée par Pluton et envoyée aux enfers. Dans la liturgie catholique, le violet est utilisé pour les célébrations pénitentielles (Avant et Carême) et les enterrements.

Le violet est également la couleur traditionnelle des féministes, depuis la fin du XIXe siècle. En effet, dans les manifestations, les premières suffragettes arboraient des rubans blancs, jaunes ou verts et violets. Peut être ont-elles alors choisi le violet pour sa symbolique solennelle et spirituelle.

Pour les suffragettes de l’entre deux-guerres, le violet s’apparente sans doute aussi à la couleur du demi-deuil, porté par les femmes au bout d’un an de deuil en noir. En effet dès 1916, le député français Maurice Barrès (pourtant pas vraiment progressiste) faisait une proposition de loi devant permettre aux veuves et mères de soldats tués pendant la guerre de voter. Ce « suffrage des morts », bien que rejeté, laissait déjà présager la victoire des luttes féministes pour obtenir le droit de vote.

De plus dans les mouvements féministes des années 1970, le violet symbolise les luttes pour les droits des homosexuel-le-s. En effet durant la période de la guerre froide, les homosexuels américains hommes et femmes se sont eux-mêmes désignés comme « La peur violette » (the lavender scare), faisant de cette couleur un emblème identificatoire de la communauté homosexuelle. Durant cette période, se forme d’ailleurs un groupe de lesbiennes féministes radicales « La menace violette » (the lavender menace).

Alors, oublions que le drapeau violet hissé en bordure de mer signifie « pollution » et soignons fièr-e-s de porter haut les couleurs du féminisme !