Banière accueil

Fondation de la France Libre - Délégation des Alpes-Maritimes

Décès de Mr Pierre Ducamp

Publié le samedi 4 janvier 2014

Une erreur de manipulation a rendu peu compréhensible le texte de l’éloge funèbre prononcé par Mr Pierre Morrisée lors des obsèques de notre ami Pierre Ducamp. Nous vous prions de nous en excuser. Voici, de nouveau ce texte en hommage à un grand Français Libre.

ELOGE DE PIERRE DUCAMP

Cher Pierre, cher Compagnon, cher Ami,

Un Ami très cher vient de nous quitter. C’est avec émotion et une profonde tristesse que nous venons lui dire adieu. Nous sommes là, réunis pour lui rendre un dernier hommage au nom de la solidarité du monde de la Résistance, qui a rassemblé tous les courages, galvanisé toutes les énergies.

Pierre DUCAMP est né en 1922 à Caresse, petit village des Pyrénées Atlantiques. L’Appel du Général de GAULLE du 18 juin 1940 invitait les français à le suivre. Pierre n’hésita pas. Dans ce temps de combats de l’ombre il entre en résistance dans le réseau "Vengeance" qui l’affecte à un groupe armé de Normandie en charge de repérer des terrains de parachutages, et de procéder à des destructions de matériels destinés au Mur de l’Atlantique.

Il se voit confier également l’organisation d’un réseau chargé de récupérer des aviateurs Alliés abattus en France, de les héberger, et de les convoyer vers les Pyrénées. C’est ainsi que 13 aviateurs Alliés ont pu regagner l’Angleterre pour poursuivre le combat. Au total le réseau "Vengeance" aura pu acheminer hors de France 200 aviateurs Alliés.

En 1943 il signe son engagement dans les Forces Françaises Combattantes que le réseau fait parvenir à Londres. En 1944 il se voit confier d’autres missions : assurer les liaisons entre "Vengeance Paris" et la Province, aussi établir des liaisons avec d’autres groupes de Résistance.

C’est dans l’accomplissement de cette dernière mission qu’il est arrêté à Paris à la station St Michel lors d’une souricière tendue par la gestapo. Pierre connaît alors des phases marquées de façon indélébiles : les prisons, les convois de déportation, le camp de concentration de Dachau Kommando Allach, les coups, les exécutions sommaires, les pendaisons en musique, les marches épuisantes, le froid, la faim, les tortures physiques et psychiques, les humiliations permanentes.

Mais aussi l’espoir, la foi chrétienne qui l’anime et lui permet de survivre au régime concentrationnaire inhumain infligé par les nazis aux Déportés.

Ardent Patriote, homme de courage, de volonté et de convictions, fidèle à ses camarades de combats et de misère, homme d’une rare qualité, Pierre est l’héritier des valeurs léguées par les Anciens, ne cherchant ni gloire, ni honneur. De ce passé il en a gardé des cicatrices pas toutes apparentes.

Délivré des camps de la mort en avril 1945 par les Américains, Pierre, ivre de liberté, et retrouve la vie immense, douce, belle. Il construit une famille aimante, attachante, à conservé l’amour du terroir de son Béarn natal. Il nous laisse le souvenir d’un être aimable, sociable ayant un don pour les contacts humains ce qui lui permet de s’entourer à Nice d’Amis précieux et fidèles.

Pierre consacre à Nice ses occupations à des activités en rapport avec son passé de Résistant. A ce titre il est successivement Administrateur National de l’Union Nationale de Déportés et Familles de Disparus, Président de l’Amicale des Déportés et Disparus et de la Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance. En 1999 il est élu Président du Comité Départemental des Alpes Maritimes du Concours National de la Résistance et de la Déportation.

Enfin en 2006, Pierre crée avec Roger BARTHELEMY Président des Evadés de France par l’Espagne, et moi-même, une Association regroupant des Français Libres et Anciens Combattants sympathisants, devenue par la suite Association des Amis de la Fondation de la France Libre dans les Alpes Maritimes dont il est le premier Vice Président.

Aves ses Camarades Résistants et Déportés il s’est rendu régulièrement dans les collèges et lycées des Alpes Maritimes à la rencontre des élèves et enseignants pour apporter son témoignage de Résistant et de Déporté.

Pierre laisse une famille atteinte au plus profond de son affection. Il était un père exemplaire – ses trois filles, disait-il souvent, étaient sa réussite et sa fierté.

Combattant pour la Liberté, des hommes comme Pierre DUCAMP ne meurent jamais tout à fait. A nous de nous en inspirer grâce au témoignage de courage et de lucidité qu’il nous laisse sur les combats qu’ils a menés.

Pierre est Chevalier de la Légion d’Honneur, Médaillé Militaire, Croix de Guerre 39/45 avec Palmes et Etoile d’Argent, et Officier de l’Ordre National du Mérite.

Que Tamara sa chère Epouse, et tous ses proches, soient assurés de notre fidèle et sincère soutien dans l’épreuve qu’ils traversent.

Pierre MORISSEE Délégué Honoraire FFL

Portfolio