Banière accueil
Accueil > Culture > Cinéma / Audiovisuel > Cinéma Sans Frontières > DIMANCHE 16 FÉVRIER 2014 - LE PRÉ DE BEJINE (Бежин луг) - SAYAT NOVA - (...)

Cinéma Sans Frontières

DIMANCHE 16 FÉVRIER 2014 - LE PRÉ DE BEJINE (Бежин луг) - SAYAT NOVA - COMPRESSION SAYAT NOVA

Publié le mardi 11 février 2014

17h Cinéma Mercury - 16 place Garibaldi - Nice

Sayat Nova : Ou Comment la force des images, de la lumière et de la couleur donne corps au plus impalpable, la poésie !

La projection du film sera précédée de celle du film Le Pré De Béjine de Sergueï Mikhailovitch Eisenstein - URSS (Lettonie/Russie) - 1937 - 30 mn - vostf : Un film disparu qui renaît et se métamorphose grâce à quelques photogrammes : La chrysalide et le papillon ! et suivie de celle de la Compression Sayat Nova de Gérard Courant - France - 2010 - 3 mn

Evocation de la vie du poète arménien Sayat Nova, dont on situe l’existence entre 1717 et 1794 en une serie de plusieurs tableaux. En 1968, Sergueï Paradjanov tourne Sayat Nova au monastère Haghpat (XIIIe siècle), qui servira de décor principal au film. Celui-ci sort sur les écrans soviétiques en 1969. Il est rapidement jugé « hermétique et d’un esthétisme décadent » avant d’être retiré des salles. Il ressort en 1971 dans une version remontée par Serguei Youtkevitch, raccourcie de vingt minutes environ, sous le titre Couleur de la grenade. C’est cette version qui sortira en France en 1982.

J’ai dit mon mal et mes soucis à tous les vents, au monde entier, À l’occident et à l’orient, et à mon roi et à mon peuple. Que puis-je donc faire un geste de plus, faut-il mourir devant ton seuil ? (Odes Arméniennes, Sayat Nova, traduction Serge Venturini)

Sayat-Nova est plus que le grand troubadour arménien du XVIII siècle, il est la figure emblématique du poète de tous les temps. Barde de l’amour impossible, il passa du statut de poète-musicien adulé à la cour de Géorgie, à la pénitence de moine obscur, puis à celui de martyr refusant d’abjurer sa foi. Il était sans doute né en 1722 à Sanahine, près de Tiflis. Celui qui sera plus tard Sayat Nova s’appelait Aroutine, et il s’élèvera de sa condition de serf, jusqu’à la fonction enviée de musicien de cour. Son amour impossible, bien que partagé pour la princesse Anna, mais aussi son dévouement à la poésie au service du peuple, entraîna son bannissement, puis sa réclusion en tant que moine en 1759. Il sera assassiné par les envahisseurs perses en 1795.

Le film Sayat Nova raconte l’histoire d’Haroutioun ("résurrection" en arménien), un fils de tisserand qui devient un Achoug (mi-troubadour, mi-sage) célébré et connu dans toute l’Arménie sous le nom de Sayat Nova. C’est à travers une série de tableaux l’évocation des grands moments de sa vie : son enfance, sa découverte des arts, son amour pour la princesse Anna, son retrait au couvent de Haghbad et enfin son assassinat par les cavaliers turcs qui fondent sur le Caucase.

Après la sortie des Chevaux de feu, Paradjanov défend publiquement des intellectuels arrêtés et soumis à des jugements et des condamnations iniques. Il parvient cependant sans difficulté à réaliser ce nouveau long métrage, bénéficiant même de la collaboration de l’Armée rouge qui prête des chevaux pour le tournage. Si ses prises de position ne lui portent pas encore préjudice, la teneur du film va en revanche le mettre dans le collimateur du pouvoir soviétique. Sayat Nova est soutenu par le Comité d’État au cinéma arménien (le Goskino d’Arménie), mais dès l’origine le Goskino de Moscou n’apprécie guère le projet. Ils autorisent tout de même le tournage du film - tout en demandant des coupes et des remaniements dans le scénario - car Sayat Nova et ses écrits en trois langues (géorgien, arménien et azerbaïdjanais) symbolise l’unité et l’amitié des peuples du Causase et sert donc a priori les intérêts de l’Union Soviétique. Malgré les modifications du scénario et l’autorisation du Goskino, la réception du film sera très problématique. En effet, Sergei Paradjanov ne se contente pas de raconter la vie de Sayat Nova et de montrer combien il est réputé dans tout le Caucase : il part de son histoire pour célébrer la culture arménienne et évoque ainsi un peuple qui n’existe pas aux yeux des autorités. Pire : un peuple qui ne doit pas exister.D’ailleurs, comme pour Les Chevaux de feu, l’ouverture de Sayat Nova annonce d’emblée la teneur et l’esthétique du film. On y voit trois grenades d’un rouge flamboyant dont le jus s’écoule et vient dessiner une forme qui représente les trois Arménie réunies. L’un des derniers plans du film montrera ces grenades écrasées, le jus recouvrant toute la nappe telle une flaque de sang et une épée posée à leur côté.

Paradjanov ne souhaite pas faire une biographie du poète mais bien rendre compte de son esprit, de son monde intérieur. Dans un même temps, il entend sortir de l’ombre et magnifier l’identité et la culture arménienne...Pour réaliser le film, le budget est très maigre au regard de l’ambition esthétique du cinéaste, et l’on ne peut qu’être sidéré par la qualité esthétique d’un film tourné sans grands moyens. Il faut dire que Paradjanov est aidé par de nombreux artistes et intellectuels arméniens qui se mobilisent autour du projet. Là où il tourne, les habitants et les commerçants lui apportent leurs biens les plus précieux ou aident au tournage, le musée d’Erevan lui prête des costumes et des objets d’époque et Catholicos Vaskend Ier, le pape de l’Eglise d’Arménie, lui confie les précieux manuscrits du monastère d’Etchmiadzin.

Comme pour Les Chevaux de feu, Paradjanov évite et fuit le folklorisme. S’il s’entoure de tous ces objets, c’est pour que le film baigne totalement dans la culture arménienne, qu’il respire à son rythme, qu’il en soit comme une émanation naturelle. Le cinéma soviétique apprécie le folklore mais il faut que les films restent au stade de la caricature : quelques images bien typiques, des costumes, des danses... mais pas plus car il s’agit d’unir les peuples sous l’égide de l’U.R.S.S et non de mettre en avant leurs singularités. Or tout le film de Paradjanov n’est que célébration d’une d’identité et d’une culture.

Si le film est l’occasion pour le réalisateur de défendre et de célébrer cette culture arménienne dans laquelle il a grandi, c’est aussi pour lui un moyen d’évoquer son amour des deux sexes. Il demande ainsi à Sofiko Tchiaourelli (la fille du cinéaste Mikhaïl Tchiaourelli) d’interpréter cinq rôles, hommes ou femmes confondus : le poète jeune, la princesse Anna, une nonne, un ange, un mime. Le fait de mélanger le masculin et le féminin dans un même corps mais aussi de parler de l’homosexualité du poète via des images et une symbolique très parlante ne pouvait que déplaire aux autorités qui, déjà bien échaudées par le sujet du film, dénonceront à sa sortie un « esthétisme décadent ».

Au-delà des allusions sexuelles, c’est la sensualité toute entière du film qui nous frappe. L’histoire de Sayat Nova est vécue par le spectateur à travers les sens du poète, des sens en éveil, sensibles aux infinies variations du monde et à ses multiples beautés. Des parchemins caressés par le vent, des froissements d’étoffes, des écoulements d’eau ou de vin... tous ces stimuli sensoriels que la mise en scène de Paradjanov retranscrit à merveille viennent nourrir l’imaginaire de l’Achoug, sa vision du monde et donc son art.

A partir de Sayat Nova, il va concevoir chacun de ses films comme il concevra également ses travaux picturaux, c’est-à-dire en travaillant sur le collage de fragments de matières, de textures et d’objets. Le rapport entre sa mise en scène et la peinture se retrouve également dans l’approche très frontale qu’il a des corps et des visages, dans l’absence du hors champ (tout doit être dans le cadre, jusqu’à la saturation de celui-ci si nécessaire) ou encore dans l’utilisation de fonds unis qui rappellent les cyclos des peintres. Tous ces éléments donnent le sentiment de véritables tableaux filmés.

« Sayat Nova demeure sans doute, le film le plus accompli de Paradjanov. Par son lyrisme et sa réflexion philosophique profonde sur le rôle et le destin du poète, il évoque, sans lui ressembler, l’Andreï Roublev de Tarkovski » ( Gali Ackerman, « Préface », dans S. Paradjanov, Sept visions, Paris, Seuil, 1992). Jeune cinéaste turc installé à Paris, Engin Aycicek qui a consacré un mémoire de philosophie à Paradjanov, confirme que Tarkovski et Paradjanov étaient très proches. Ils ont fait la même école de cinéma à Moscou et ils ont commencé à tourner à peu près à la même période. Ils se sont tous deux intéressés à la religion, à la poésie, à la peinture et à la musique. Andreï Roublev et Sayat Nova sont centrés sur la figure de l’artiste créateur. On y retrouve le thème de la Passion, celle d’un artiste censuré et persécuté.Tarkoski et Paradjanov se sont tous deux heurté au pouvoir soviétique. Tarkovski n’a pas fait de prison, mais il écrivait à Paradjanov et l’a soutenu moralement pendant ses années de détention. 
Dans Tempo di viaggio (1983), un documentaire tourné avec Tonino Guerra lors du repérage de Nostalghia, Tarkovski cite Sayat Nova comme l’un des films qui l’ont le plus marqué. Après la mort de Tarkovski, Paradjanov lui a dédié Achik Kerib, son dernier film. Et à la question « Pourquoi faites-vous du cinéma », il a répondu : « Pour fleurir la tombe d’Andreï Tarkovski »...

-----------------

Présentation du film et animation du débat avec le public : Bruno Precioso et Danyl Vasto

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 17h précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier. Désormais le CinémAtelier sera ouvert aux non-adhérents, qui devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 €.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club :
http://cinemasansfrontieres.free.fr
Contact mail CSF : cinemasansfrontieres@hotmail.fr
Contact téléphonique CSF : 06 72 36 58 57/04 93 26 54 46
Contact téléphonique Mercury : 08 92 68 81 06 / 04 93 55 81